Des dirigeants vénézuéliens dans la mire de la justice américaine

Des dirigeants vénézuéliens dans la mire de la justice américaine

Venezuela Cabello  2Mercredi soir, le président de l’Assemblée nationale vénézuélienne, Diosdado Cabello, est apparu crispé lors de son monologue télévisuel hebdomadaire, Je frappe avec la massue. Deux jours plus tôt, la presse américaine (le Wall Street Journal et le New York Times) avait confirmé qu’il était visé par une enquête de la justice des Etats-Unis pour trafic de drogue et blanchiment, en compagnie de plusieurs hauts fonctionnaires. Cabello, longtemps présenté comme le successeur de Hugo Chavez, a mis au défi ses détracteurs de présenter «la moindre preuve», et s’en est remis à «l’amour du peuple, qui est aussi l’amour de Dieu».

Les soupçons d’implication de personnalités du régime socialiste dans le narcotrafic sont d’abord apparus dans le quotidien (de droite) espagnol ABC. Trois organes de presse vénézuéliens qui les ont relayés, les quotidiens El Nacional et Tal Cual et le site d’information La Patilla, ont fait l’objet d’une plainte de Diosdado Cabello le 23 avril. Il s’agit des trois derniers médias d’opposition dans le pays, et le gouvernement de Nicolas Maduro ne relâche pas la pression sur eux. En février, Tal Cual a même dû renoncer à son édition imprimée, l’accès au papier journal lui étant interdit. Dernier épisode en date de l’offensive contre la liberté de la presse: le parquet a interdit aux dirigeants des trois médias, soit 22 personnes, de quitter le pays, le temps d’instruire la plainte de Cabello.

Les deux quotidiens américains citent des propos tenus sous couvert d’anonymat par des fonctionnaires de la DEA (agence antidrogue des Etats-Unis): ils évoquent une implication de l’armée, au niveau des plus hauts gradés, dans le trafic de cocaïne dans les régions frontalières de la Colombie. La marchandise gagnerait ensuite le Mexique, dernière étape avant les Etats-Unis, à bord de petits avions. Outre le numéro 2 du régime, ancien militaire et compagnon d’armes de Chavez, sont mis en cause l’ancien directeur du contre-espionnage militaire Hugo Carvajal, le ministre de l’Industrie (et frère de Diosdado) José David Cabello, ou l’homme qui monte dans l’appareil chaviste, le gouverneur de l’Etat d’Aragua Tarik El-Aissami.

De son côté, le régime de Nicolas Maduro multiplie les marques de soutien au président de l’Assemblée sous le slogan «Nous sommes tous Cabello».

François-Xavier GOMEZ

 

Légende photo : Diosdado Cabello (à g. ), président de l’Assemblée nationale vénézuélienne et avec Nicholas Maduros, le président du pays, à Caracas, le 15 mars. (Photo Juan Barreto. AFP)

 

About author

You might also like

A la une 0 Comments

Haïti : l’ONU et ses partenaires saluent l’élection indirecte d’un Président provisoire

L’ONU et ses partenaires en Haïti ont salué lundi l’élection par le Parlement du pays, dimanche 14 février, de Jocelerme Privert en tant que Président provisoire de la République haïtienne,

A la une 0 Comments

Etats-Unis : un délai de 18 mois accordé aux haïtiens protégés par le TPS

Les haïtiens vivant aux Etats-Unis sous le Statut de Protection Temporaire (TPS) ont désormais 18 mois pour quitter le pays. 58000 haïtiens sont concernés par cette décision prise par les

A la une 0 Comments

Ouragan «Irma»: Cuba disposera d’une aide de 5,7 millions pour se redresser

La Havane — Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies a annoncé samedi qu’il allait accorder une aide d’urgence de 5,7 millions de dollars à Cuba, très affecté par

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply