Duckens Nazon pronostique une victoire d’Haïti aux dépens de la Jamaïque (2-0)

Duckens Nazon pronostique une victoire d’Haïti aux dépens de la Jamaïque (2-0)

Révélation de la Gold Cup sous les couleurs d’Haïti, Duckens Nazon évolue avec les Grenadiers depuis 2014. Buteur contre le Panama et contre le Honduras, il a permis à son pays de se qualifier pour les quarts de finale de cette compétition opposant les meilleures nations de la Zone CONCACAF (Amérique du Nord et Centrale).Actuellement sous contrat avec le Stade Lavallois après avoir été formé au FC Lorient, Duckens Nazon a accepté de répondre aux questions d’EspoirsduFootball.com. Il revient sur son parcours et les périodes délicates qu’il a traversé, ainsi que son nouveau statut en Haïti.

Bonjour Duckens et merci d’accorder cette interview à EspoirsduFootball.com. Tu es en train de devenir un véritable héros en Haïti. Vu des Etats-Unis, est-ce que vous ressentez cette passion du peuple haïtien ?

Bonjour à vous, vos lecteurs et merci pour votre sollicitation. Dire que je suis un héros est peut-être un peu trop (rires). Mais effectivement, je ressens une certaine ferveur et que le peuple haïtien commence à m’apprécier. Les haïtiens me font ressentir cette passion à travers les messages, les vidéos ou les textes qu’ils m’envoient ou que je vois sur internet. Ça me donne des frissons car j’ignorais que le football était autant apprécié en Haïti.

Wyclef Jean (NDLR : membre des Fugees et véritable icône haïtienne) commente vos matchs à ses millions de followers sur Twitter. Ça doit forcément être un honneur pour toi ? Qu’est-ce que tu souhaiterais lui dire si tu en avais la possibilité ?

Oui, c’est sûr. C’est un honneur pour moi d’apparaître dans ses tweets. Je veux lui dire de continuer à nous supporter. Nous ferons le maximum pour rendre fiers les haïtiens. Vous pouvez être sûrs qu’on ne lâchera rien.

Vous n’avez perdu que 1-0 contre les Etats-Unis devant les 50 000 spectateurs du Gillette Stadium de Foxborough ?

C’est vrai que cette défaite a été dure à avaler parce qu’on a dominé ce match, notamment en première période. Je pense que nous aurions pu tuer le match d’entrée et que la victoire n’aurait franchement pas été volée.

J’avais déjà joué devant une telle affluence lors d’un match amical contre la Chine. Mais vraiment, pour revenir au match contre les Etats-Unis, c’était immense. Une véritable ambiance de Coupe du Monde. J’avais les yeux qui brillaient tellement c’était magnifique, et mon cœur battait très fort !

Je pense que ce match avait comme une saveur de finale pour que chaque haïtien vivant aux USA. Malgré la défaite, je ne pense pas qu’ils soient déçus de notre prestation. On a tout donné et dorénavant, ils auront encore plus confiance en nous.

Je suis certain que tous les haïtiens étaient fiers de la sélection. L’ambiance comme les Etats-Unis était géniale.

Tu as inscrit des buts contre le Panama (1-1) et contre le Honduras (1-0), qui était présent à la dernière Coupe du Monde (NDLR : dans le groupe de l’Equipe de France). Quelles sont tes limites ?

Je ne sais pas quelles sont mes limites mais j’espère qu’elles se situent encore plus hautes !

Tu es né en région parisienne. Est-ce que tu peux nous en dire plus sur tes origines ? Comment est-ce que tu as été amené à porter le maillot de la sélection haïtienne ?

Oui j’ai grandi en banlieue parisienne, plus précisément à Poissy, dans les Yvelines . J’apprécie énormément cette ville, où j’ai passé toute mon enfance. Mes parents sont tous les deux originaires d’Haïti et ils sont venus très jeunes en France. Ma mère est d’Aquin et mon père de Port au Prince.

Concernant la sélection, j’ai été contacté par un dirigeant de la Fédération par l’intermédiaire d’un ami. (NDLR : beaucoup d’intermédiaires ou de dirigeants de fédération œuvrent en France, particulièrement en région parisienne, pour repérer des binationaux susceptible de rejoindre le pays de leurs parents.)

Pour le moment, je n’ai pas encore eu la chance de me rendre en Haïti. Je souhaite y aller depuis plusieurs années, mais c’est difficile. Je voulais m’y rendre, mais les catastrophes naturelles qui ont touchées le pays m’ont empêché de m’y rendre. C’est un regret.

Un peu comme pour les sélections africaines, il y a beaucoup de bi-nationaux dans la sélection d’Haïti. Quels conseils donnerais-tu aux français d’origine haïtienne ?

Je dirais à tous les jeunes français d’origine haïtienne de rejoindre « Les Grenadiers » car c’est une excellente expérience. Si tous les haïtiens d’origine venaient rejoindre la sélection, ça pourrait être formidable. Je pense qu’il existe un réel potentiel, et qu’on pourrait avoir des ambitions sérieuses, comme certaines des sélections qui émergent depuis peu.

Justement, le fait qu’il y ait des bi-nationaux est bien accepté par les joueurs locaux ? Comment se passe la cohabitation ?

La cohabitation est excellente. La plupart des joueurs natifs d’Haïti évoluent désormais à l’étranger donc il n’y a vraiment aucun problème. Il existe bien quelques contrastes concernant le mode de vie, mais ça nous oblige à nous habituer à l’autre, donc c’est vraiment cool.

Qui sont tes coéquipiers qui t’impressionnent le plus sur le terrain et avec qui est-ce que tu as le plus d’affinités ?

Johny Placide, le gardien du Stade de Reims, et qui est également notre capitaine est celui qui m’impressionne le plus. Je dois dire que je n’ai pas d’affinités spécifiques, je m’entends bien avec tous les joueurs de la sélection.

Pour revenir à ton parcours, nous savons que tu es passé par le Vannes Olympique puis le centre de formation du FC Lorient. Mais quel a été ton parcours avant de rejoindre la Bretagne ?

De mes 5 ans jusqu’à mes 16 ans, j’ai toujours évolué sous les couleurs de l’AS Poissy. Je suis ensuite parti aux Mureaux, toujours dans les Yvelines, durant 6 mois, avant d’être repérer par le Vannes OC à l’occasion d’un essai. Ensuite, j’ai poursuivi ma carrière sous les couleurs du FC Lorient. J’ai résilié mon contrat à l’amiable. J’aurais pu rester, mais j’ai fait le choix de partir. Un choix de vie.

Tu es descendu en CFA à Roye en 2013 puis en CFA2 à Saint-Quentin. Est-ce que ça a été un mal pour un bien ou est-ce que tu as failli arrêter le foot ?

Ça a été un mal pour un bien. Mais je peux le dire. J’ai vraiment failli arrêter le football quand je suis parti à Roye-Noyon. Le coach Sébastien Dailly (NDLR : ancien pro passé par Amiens, Sochaux, Wasquehal ou encore Charleville) ne comptait pas sur moi malgré le fait que je sois une de ses recrues. Je tiens à dire que c’est la pire saison de ma carrière et même la pire année de ma vie. L’entraîneur me faisait jouer en inter-district. J’ai passé une année très difficile à cause de lui. Et en dehors du football, il n’y avait rien à faire.

A Roye, j’ai passé la pire année de ma vie. Le coach ne me respectait pas.

Tu as quitté l’Olympique de Saint-Quentin lors de la dernière journée du mercato cet hiver. Est-ce que tu avais d’autres contacts, et pourquoi avoir fait le choix de rejoindre le Stade Lavallois ?

Oui, hormis le Stade Lavallois, j’avais énormément de propositions. Si j’ai choisi de rejoindre la Mayenne c’est parce que je pensais que c’était un bon tremplin. J’ai aimé leur discours et leurs ambitions. J’ai bien été accueilli au club.

Et au-delà de l’aspect sportif, j’aime cette région, qui est proche de la Bretagne. Je pense qu’on y vit sereinement.

Même si mon départ a fait parler, j’ai gardé contact avec un dirigeant et quelques joueurs. Egalement avec le coach Juan-Luis Montero (NDLR : ancien professionnel passé par Troyes, Sedan ou encore Guingamp), même s’il n’est plus au club.

Est-ce que tu comptes sur cette Gold Cup, où il y a beaucoup de recruteurs, pour te faire un nom ?

Comme tous les joueurs de football j’aimerais aller plus haut c’est une évidence. Mais pour l’instant je suis lavallois et encore sous contrat.

Tu vois ton avenir uniquement en Europe, ou est-ce que tu pourrais envisager de jouer au Mexique ou aux Etats-Unis ?

Je veux construire ma carrière en Europe. Les destinations comme le Mexique ou les Etats-Unis ne m’intéressent pas pour le moment.

Tu es un véritable buteur (NDLR : 16 buts en 17 matchs de U19 Nat en 2012-2013, 11 buts en 13 matchs de CFA2 avec l’Olympique de Saint-Quentin et 7 buts en 5 matchs avec la réserve du Stade Lavallois en 2014-2015). Quelles sont les qualités qui te permettent d’avoir d’aussi belles statistiques offensives ?

Pour les qualités sportives, je vais dire que mes deux qualités principales sont sans doute ma puissance et ma vitesse. Mais je pense que ma qualité principale est ma détermination. Je suis particulièrement déterminé car je ne souhaite plus connaître les moments difficiles que j’ai vécus. Je ne veux plus vivre de périodes difficiles.

Pour revenir à la Gold Cup, le 18 juillet vous affrontez la Jamaïque, un pronostic ?

Je pronostique une victoire d’Haïti sur le score de 2-0.

Un dernier mot ?

Un grand merci aux personnes qui liront cette interview. J’espère qu’elle était agréable à lire.

Source : espoirsdufootball.com

Fiche technique

DUCKENS NAZON

Nom : Nazon

Prénom : Duckens

Date de naissance : 7 avril 1994

Lieu de naissance : Chatenay-Malabry (France)

Pays : Haïti

Poste : Attaquant

Clubs successifs : AS Poissy, Les Mureaux, Vannes OC, FC Lorient, Roye-Noyon, Olympique Saint-Quentin, Stade Lavallois

About author

haitiinfoplus
haitiinfoplus 1873 posts

Présent dans le pays depuis près de 10 ans, cet organe de production et d’information tente de présenter une facette différente d’Haïti. Spécialisé, au départ, dans la production d’émissions, Haïti Infos Plus est disponible aujourd’hui sur la toile.

You might also like

Dernière Heure 0 Comments

Wyclef Jean se range aux côtés de Jude Célestin

« Lè a rive », c’est le dernier démo de la star haïtiano-américaine Wyclef Jean sorti le samedi 17 octobre, jour de son anniversaire. Une musique particulière pour une occasion particulière

Societe 0 Comments

Education/PSUGO : deux directeurs d’écoles condamnés pour escroquerie

Les sieurs Jean Robert Jean et Ecranel Pierre, deux directeurs d’écoles, ont été condamnés par un juge pour abus de confiance et escroquerie, à l’encontre du Ministère de l’Education nationale

Louis Nicollin espère convaincre Diego Maradona

Selon le président de Montpellier, l’éventuelle venue de l’Argentin comme entraîneur est toujours d’actualité. «Ca devrait se débloquer lundi», dit-ilLe président de Montpellier Louis Nicollin a laissé filtrer une certaine

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply