L’AHC en quête d’un souffle nouveau

L’AHC en quête d’un souffle nouveau

Le phénomène du piratage, l’absence de salles de cinéma, sont autant de problèmes cruciaux auxquels est confronté le secteur du cinéma en Haïti. La nouvelle équipe qui dirige l’Association des cinéastes haïtiens (AHC) veut trouver des solutions à ces problèmes.

L’Association des Cinéastes Haïtiens (AHC) a repris récemment ses activités. Après les événements du 12 janvier 2010, l’AHC avait tenté sans succès de refaire surface. Depuis deux mois, un nouveau comité directeur est élu. Ce comité qui détient un mandat de deux ans travaille activement de manière à donner à l’AHC un souffle nouveau.

« Motivés, les nouveaux membres de l’Association veulent absolument fournir des résultats satisfaisants. Nous faisons déjà tout ce que nous pouvons afin d’améliorer nos conditions de travail et d’instaurer une meilleure communication au sein de l’équipe ». C’est ce qu’a déclaré Camille Moïse dit Kharméliaud, président de l’AHC.

La nouvelle équipe directrice de l’AHC a élaboré un plan annuel prévoyant la mise en place d’une activité de rencontres et de projection de films qui devrait démarrer au début du mois d’avril. Cette activité est née de l’idée de renforcer les liens entre les cinéastes et de favoriser la réflexion enrichissante sur le travail entrepris, apprend-on. « L’AHC veut bénéficier de l’apport de tous ses anciens membres pour exécuter ses projets », a souhaité son président.

L’AHC semble vouloir renforcer sa visibilité sur le terrain. Son président annonce la publication d’un journal trimestriel fournissant des informations autour des activités de l’Association, à partir d’avril de l’année en cours. Ce qui se passe dans le cinéma national et international et surtout des projets de ses membres seront largement diffusés. Une rubrique spéciale sera réservée aux discussions relatives aux problèmes auxquels est confronté le secteur du cinéma et de l’audiovisuel en Haïti.

« Nous allons aussi renforcer le concours de court-métrage Guilbeau widmaier par un atelier de formation destiné aux participants. Cette formation sera assurée par des professionnels influents de l’AHC », a fait savoir Camille Moïse informant que l’AHC travaille aussi sur un projet de réseau national de distribution de films sur DVD qui permettra de lutter contre le phénomène du piratage.

Cette année, la huitième Édition du concours Guilbaud-Widmaier promet d’être plus sensationnelle, a estimé Camille Moïse. L’AHC a jugé bon de laisser libre cours à l’imagination et la créativité des futurs participants. Le thème sera libre et le concours sera ouvert à tout le monde (professionnels ou amateurs).

L’absence de salles de cinéma en Haïti constitue un problème majeur contre lequel l’AHC s’est chargée de lutter également. « Le problème de la fermeture des salles a toujours préoccupé l’AHC et nous sommes particulièrement sensibles à cette question. En 2009 avant la fermeture du ciné Impériale nous nous étions manifestés en organisant un festival. Toujours dans cette même logique, l’une des premières activités de ce comité a été d’organiser une projection publique devant les ruines du cinéma Impérial, le 12 janvier 2013, en mémoire des victimes du séisme », a rappelé M. Moïse.

Aujourd’hui, l’AHC organise, en partenariat avec Irish Village des projections de films, tous les dimanches à partir de 18 h, sur grand écran dans un espace agréable. Un rendez-vous qui commence à être connu. L’accès est libre. L’idée consiste à faire comprendre aux autorités la nécessité de rouvrir des salles de cinéma dans le pays au profit d’une société qui a tant besoin d’images pour s’identifier et se reconstruire.

Le secteur du cinéma en Haïti qui fait face à des difficultés énormes essaie de garder une présence dans certains rendez-vous internationaux. A rappeler que trois films haïtiens sont présents dans la liste des 170 films en projection au 23e biennal du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), qui se tient au Burkina Faso du samedi 23 février au samedi 2 mars 2013.

« Jeux dangereux », réalisé par Boseny Antoine ; « Le chauffeur » de Jean-Claude Bourjolly, sont retenus dans la catégorie Diaspora des films en compétition officielle dans le festival. « Herby, le jazz et la musique haïtienne » d’Arnold Antonin, est en projection également à Fespaco.

Jean-Claude Bourjolly et Arnold Antonin, anciens président et vice-président de l’Association des Cinéastes Haïtiens (AHC), y font actuellement office de conseillers.

Le nouveau comité de l’AHC qui a pris officiellement ses fonctions en janvier de l’année en cours

Camille Moise : Président

Lalane Maxime – Vice- Président

Mathieu Painvier- Secrétaire général

Tingue Johnny – trésorier.

Arnold Antonin

Jean Claude Bourjolly

Apollon B. Colas : Conseillers

Le Matin

 

About author

haitiinfoplus
haitiinfoplus 1887 posts

Présent dans le pays depuis près de 10 ans, cet organe de production et d’information tente de présenter une facette différente d’Haïti. Spécialisé, au départ, dans la production d’émissions, Haïti Infos Plus est disponible aujourd’hui sur la toile.

You might also like

Culture 0 Comments

Journée internationale du jazz : l’ONU célèbre ce genre musical, vecteur de paix

A l’occasion de la Journée internationale du jazz, célébrée chaque année le 30 avril, la Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO),

Culture 0 Comments

Makenzy Orcel « Il est vraiment urgent de reconstruire l’être haïtien »

Le jeune romancier Makenzy Orcel, de passage à Paris, fait pour nous le point sur son écriture et l’état d’une société blessée qui peu 
à peu sort enfin de ses

Culture 0 Comments

Pierre Blain l’immortel

Le grand orchestre Jazz des Jeunes rend hommage à son ancien chanteur Pierre Blain. Une voix unique. Un talent exceptionnel. Plusieurs icônes de la musique haïtienne participent à la fête.

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply