Le difficile marché des alliances politiques

Le difficile marché des alliances politiques

 Maryse Narcisse du parti fanmi lavalas

Maryse Narcisse du parti fanmi lavalas

Alors que les conseillers électoraux ne sont pas en mesure de garantir la tenue des élections cette année, sur le terrain, les politiques se préparent. Pour se renforcer, des responsables de partis politiques s’ouvrent à des alliances, d’autres veulent dialoguer et certains pensent avoir assez de capacité pour se rendre seuls aux urnes

Les partis politiques commencent à se positionner. De façon subtile, ils sont en campagne même si personne ne peut affirmer avec certitude que des élections vont avoir lieu cette année. Tous ou presque semble avoir pour ennemi commun le président de la République, Michel Martelly qui, lui aussi, se prépare pour les prochaines compétitions électorales. « Fanmi Lavalas n’a pas besoin d’alliance » Aucune chance pour une alliance entre Fanmi Lavalas et un autre bloc. C’est la coordonnatrice de l’organisation politique de Jean-Bertrand Aristide qui le dit. Dr Maryse Narcisse est sans appel sur ce point. « La charte du parti interdit toute alliance avec d’autres partis politiques, a-t-elle dit au Nouvelliste. Nous voulons des élections libres, honnêtes, démocratiques et inclusives. Nous allons y participer à tous les niveaux. Fanmi Lavalas ne va faire aucune plateforme électorale», a-t-elle souligné… « Non à la plateforme électorale, oui au dialogue électoral », a indiqué le Dr Narcisse. Selon elle, cela peut arriver que Fanmi Lavalas supporte quelqu’un qui n’est pas forcément membre du parti. C’est ce qu’elle entend par dialogue électoral. Plusieurs autres structures politiques ont déjà proposé au parti de Jean-Bertrand Aristide des alliances, a souligné Maryse Narcisse, mais, a-t-elle soutenu, l’organisation ira seule aux élections. La Fusion des sociaux-démocrates, seule la fleur choublac Visiblement, les responsables de l’organisation politique Fusion en ont assez de faire des alliances. L’expérience avec l’Alternative politique aux dernières élections, avait fini en queue de poisson, et a laissé un mauvais goût dans la bouche des dirigeants de cette structure politique. C’est pourquoi ils mettent fin aux alliances. « La Fusion ira seule aux élections avec la fleur choublac », a annoncé Edmonde Supplice Beauzile, présidente de l’organisation politique. Dans une interview accordée au Nouvelliste mardi soir, l’ancienne sénatrice a souligné que son parti peut toujours conclure des accords dans un département ou au niveau des collectivités, mais le parti se présentera sous son emblème. « Il n’y aura pas d’alliance pour les prochaines élections », a-t-elle soutenu. L’OPL attend encore avant de conclure des alliances C’est pratiquement la même position pour l’Organisation du peuple en lutte. Selon le coordonnateur général de l’OPL, cette structure politique est plutôt intéressée à des alliances avec les organisations de base qu’avec les partis politiques. Sauveur Pierre-Etienne a indiqué au Nouvelliste que son parti priorise des groupes organisés qui sont sur le terrain, du genre organisations populaires, organisations paysannes, les associations de jeunes, de femmes… Il a aussi reconnu que c’est la conjoncture qui déterminera quand et avec qui faire alliance. On ne le sait pas à l’avance, a-t-il dit. Le professeur Sauveur Pierre-Etienne a souligné que l’OPL est en contact avec beaucoup de partis politiques, mais il n’y a aucune alliance pour le moment. Comme Paul Denis, qui est un dissident de l’OPL, M. Pierre-Etienne est toujours très critique par rapport au pouvoir en place. Une autre aile s’active Parallèlement, une quinzaine d’organisations politiques ont entamé des discussions en vue de se rendre ensemble aux prochaines élections en présentant des candidats uniques. Ils ont déjà réalisé quatre grandes rencontres à travers le pays et se veulent la véritable force de l’opposition au pouvoir en place. Selon Evans Paul, responsable de l’organisation politique KID, membre de ce regroupement qui a pris naissance dans le Nord du pays, il n’y a pas encore d’entente formelle entre les organisations politiques pour se rendre aux élections, mais c’est l’objectif de leurs différentes rencontres. Même si aucune alliance officielle n’est encore faite, tout porte à croire que l’organisation politique présidentielle « Tèt Kale » est sur le point de conclure des alliances électorales avec Ayiti en aksyon et Konbit Sidès dirigés respectivement par les conseillers politiques du président Michel Martelly Youri Latortue et Joseph Lambert, puisque le chef de l’Etat a déjà déclaré publiquement qu’il supporte la candidature de ces deux anciens sénateurs. Paul Denis isolé, cherche alliance « Il est fondamental que des gens qui ont l’habitude de se battre pour l’établissement de la démocratie, le changement, contre la dictature, comprennent que l’avenir du pays est menacé », a déclaré Paul Denis, l’un des responsables de l’organisation politique INITE. Selon lui, il y a là, une nécessité pour un rassemblement des grandes forces démocratiques au sein du pays. Elles doivent s’ajuster pour parler d’une seule voix et agir en unité afin de barrer la route à un projet de restauration de la dictature du pouvoir en place, a réclamé M. Denis sur Radio Magik 9. L’ancien ministre de la Justice a reconnu qu’il peut y avoir des différences dans l’appréciation des uns et des autres sur certains points, « …mais on doit chercher d’abord ce qui nous unit afin de dialoguer pour arriver à établir une stratégie de lutte face au président Martelly et son équipe… » L’idéal pour Paul Denis, c’est de voir l’ensemble des structures politiques démocratiques et la société civile se mettre ensemble et envoyer des candidats uniques aux prochaines élections. « L’idéal peut être difficile à atteindre, a-t-il reconnu, mais il faut voir ce qui est possible comme arriver à des regroupements politiques selon des affinités et des habitudes de travail avec pour seul adversaire le pouvoir en place… » Bien qu’il ait eu à combattre l’ancien président Jean-Bertrand Aristide, leader charismatique de l’organisation politique Fanmi Lavalas, Paul Denis n’aura aucun problème aujourd’hui à faire alliance avec l’ancien chef de l’Etat. D’ailleurs, des membres de INITE ont déjà rencontré Aristide qui s’est retranché dans sa résidence à Tabarre depuis son retour de l’Afrique du Sud après 7 ans d’exil. « M. Aristide, c’est un leader politique qui a un poids certain dans le milieu haïtien, a-t-il reconnu. On ne peut pas avancer dans la lutte contre la dictature sans lui », a-t-il ajouté. Paradoxalement, le président Michel Martelly qui, selon Paul Denis, est le chef de la dictature et à qui il faut barrer la route, était en 2003 à ses côtés dans un mouvement visant à renverser le pouvoir de Jean-Bertrand Aristide qualifié de dictateur à cette époque. Le cri et les appels du pieds de Paul Denis n’ont pas encore d’échos à Tabarre. Est-il trop tôt ? Le parti de Jean-Bertrand Aristide regarde-t-il dans d’autres directions ? On a tenté de le croire après les révélations de Richard Morse proche en décembre dernier encore de Michel Martelly. Voilà que sa femme Lunise Morse rencontre Aristide dans la perspective de devenir candidat au sénat pour Fanmi Lavalas. Pour le moment, personne ne sait quand vont se tenir les élections pour renouveler le tiers du Sénat et les collectivités territoriales. Il n’y a pas encore de calendrier électoral ni loi électorale…

 

Le nouveliste

 

About author

haitiinfoplus
haitiinfoplus 1873 posts

Présent dans le pays depuis près de 10 ans, cet organe de production et d’information tente de présenter une facette différente d’Haïti. Spécialisé, au départ, dans la production d’émissions, Haïti Infos Plus est disponible aujourd’hui sur la toile.

You might also like

A la une 0 Comments

Le gouvernement interdit la vente d’une farine dominicaine sur le marché haïtien

Les ministères respectifs du Commerce et de l’Industrie ; de la Santé Publique et de la Population ; de l’Agriculture des Ressources Naturelles et du Développement Rural, dans un communiqué

Politique 0 Comments

Le Président Martelly en visite dans le département des Nippes

Mardi, le Président Michel Martelly, s’est rendu à l’Asile (Département des Nippes), où il a visité l’état d’avancement des travaux de construction du Lycée Saint-Joseph. Accueilli avec beaucoup d’enthousiasme, le

Politique 0 Comments

La Côte d’Ivoire dit Akwaba à Laurent Lamothe

Le Premier ministre Laurent Lamothe est arrivé mercredi soir en visite officielle en Côte d’Ivoire. Accueilli par son homologue Daniel Kablan Duncan, le chef du gouvernement haïtien conduit une mission

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply