Tourisme : en Guadeloupe, un gîte soucieux de son environnement

Tourisme : en Guadeloupe, un gîte soucieux de son environnement

Nichés dans une végétation luxuriante, les bungalows de Gwo Caillou sont une invitation à protection de l’environnement et à la préservation du patrimoine guadeloupéen.

Entre mer et montagne, nous avons exploré la commune Bouillante de l’île papillon, qui abrite de nombreux sites touristiques naturels, de la réserve Cousteau aux sources d’eau chaude, en passant par les nombreuses cascades. C’est dans cette ville que les locations de Gwo Caillou se sont implantées, en se positionnant sur l’écotourisme responsable.

De l’éco-tourisme à l’éco-citoyenneté

Jeanne et Luc Schroeder, propriétaires des locations de gîtes et de bungalows de Gwo Caillou, ont pris conscience des atouts naturels, et de la fragilité de leur île. « L’idée de base est de protéger notre terre et, pour nous il était tout à fait normal de diminuer les impacts négatifs sur l’environnement », soulignent-ils.

Gwo Caillou, c’est quoi ? Cinq bungalows créoles, favorisant l’écotourisme en protégeant la nature. Entourés d’un jardin luxuriant et protégé, ces bungalows, construits avec du bois rouge tropical, « sont décorés avec seulement des objets locaux » et nettoyés avec des produits respectueux de la nature.

En sillonnant le jardin, vous trouverez la piscine de Gwo Caillou, malheureusement encore traitée au chlore, en tout cas pour l’instant. Les propriétaires précisent à ce sujet que le traitement par le chlore restait une obligation dans les locations touristiques jusqu’en janvier 2015. Suite à ce changement, ils ont opté pour un « traitement au sel, qui sera probablement mis en service d’ici 2017 ».

guadeloupe-photo2

Ces éco-locations noyées dans un jardin tropical de 2600m², s’engagent dans le tourisme durable, mais aussi pour l’écocitoyenneté orientée vers la protection et la valorisation des patrimoines culturels et naturels.

Ainsi, pratiquer des activités liées à la préservation de l’environnement est hautement recommandé. Les propriétaires dirigent leurs locataires vers des acteurs liés au tourisme durable et « déconseillent les activités de bouée tractée pour la protection des tortues et autres espèces ».

Engagement et sensibilisation

Le jardin qui entoure les lieux est là pour encourager le développement de l’écotourisme : « Il possède de nombreuses espèces naturelles de l’île. Nous tenions à ce que le Parc National de la Guadeloupe valide nos critères de respect de l’environnement, nos constructions dans le respect du modèle architectural, et l’entretien de notre parc, selon les valeurs de protection des espèces rares de la flore insulaire ».

Pour Jeanne et Luc, la conscience environnementale est omniprésente au quotidien. Ainsi, les produits d’entretien « vert » sont privilégiés, les constructions sont essentiellement en bois, les chambres sont alimentées par des ampoules à basse consommation. Seul point négatif : l’emplacement du site ne donne pas l’occasion de profiter de la ventilation naturelle. Gwo Caillou a donc recours à la climatisation. Mais, les propriétaires insistent sur la nécessité de limiter leur usage. « Nous nous efforçons de sensibiliser nos clients à une forme de tourisme durable, pour préserver et mettre en valeur les ressources patrimoniales, naturelles et culturelles », affirment-ils.

Et au-delà des mots, ils passent régulièrement à l’action : membres d’une association qui prône l’éco-tourisme, «Guadeloupe Autrement», ils s’investissant dans des actions environnementales qui dépassent leur jardin paradisiaque.

leparisien.fr

About author

You might also like

A la une 0 Comments

Haïti-grève : l’opposition politique en concertation pour déterminer une nouvelle date

Après l’annulation de la journée de grève d’avertissement du lundi 7 décembre 2015, l’opposition est en concertation pour déterminer une nouvelle date, indique Serge Jean-Louis de la table de mobilisation

Societe 0 Comments

Haïti : serveuses, boîtes de nuit et prostitution

Les boîtes de nuit poussent comme des champignons dans le pays. Avec elles, une autre forme de prostitution s’installe. Des jeunes femmes, belles et élégantes y travaillent comme serveuses. À

Societe 0 Comments

Kishore Singh préoccupé par la situation de l’éducation en Haïti

Le rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l´éducation (Dhe), Kishore Singh, se dit préoccupé par la situation de l’éducation en Haïti, lors d’une activité réalisée le samedi

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply