Traitement des eaux usées : un impératif de santé publique mondiale, rappelle l’ONU

Traitement des eaux usées : un impératif de santé publique mondiale, rappelle l’ONU

A l’occasion de la Journée mondiale des toilettes 2017 (19 novembre), l’ONU attire l’attention sur le problème des eaux usées et les différents moyens de les réduire ebt les réutiliser.

Pour plusieurs milliards de personnes dans le monde, l’assainissement demeure inexistant ou inefficace. Le manque et le dysfonctionnement des systèmes d’assainissement font que les excréments humains de milliards de personnes sont rejetés dans l’environnement sans avoir été traités et propagent des maladies mortelles, compromettant gravement les avancées sanitaires et l’amélioration du taux de survie des enfants.

Les eaux usées non traitées finissent par contaminer les rivières et les mers, les transformant en milieux dangereux pour la pêche ou les activités récréatives.

En adoptant les Objectifs de développement durable (ODD), les pays se sont engagés, d’ici à 2030, à améliorer la qualité de l’eau (ODD n° 6). Un objectif qui inclut la réduction de moitié de la proportion d’eaux usées non traitées et l’augmentation nette à l’échelle mondiale du recyclage et de la réutilisation sans danger de l’eau.

Dans ce contexte, ONU-Eau – la structure de coordination des actions des agences de l’ONU oeuvrant pour une eau propre et l’assainissement – a lancé une campagne intitulée « Où va notre caca? ».

Pour atteindre l’ODD n° 6, les excréments de chacun doivent être enfermés, transportés, traités et éliminés de façon sûre et durable.

– Enfermement – Les excréments doivent être déposés dans des toilettes hygiéniques et stockés dans une fosse ou une cuve hermétique avec laquelle les êtres humains ne sont pas en contact.

– Transport – Des canalisations ou dispositifs d’évacuation des latrines doivent acheminer les excréments en vue de leur traitement.

– Traitement – Les excréments doivent être traités pour devenir des eaux usées et des déchets qui puissent réintégrer l’environnement.

– Élimination ou réutilisation – Les excréments correctement traités peuvent servir à générer de l’énergie ou à amender la terre afin de produire des aliments.

Dans un monde, où selon l’Organisation mondiale de la santé, plus de personnes disposent de téléphone mobiles que de toilettes, l’ONU juge réaliste l’accès de milliards d’être humains à un assainissement de qualité et le traitement des eaux usées. « Nous avons les outils », a déclaré à ce sujet la Vice Secrétaire générale des Nations Unies, Amina Mohammed. « Rendons le possible ».

Créée en 2013 par l’Assemblée générale des Nations Unies, la Journée mondiale des toilettes vise à encourager les actions pour relever le défi de la crise mondiale de l’assainissement.

About author

haitiinfoplus
haitiinfoplus 1887 posts

Présent dans le pays depuis près de 10 ans, cet organe de production et d’information tente de présenter une facette différente d’Haïti. Spécialisé, au départ, dans la production d’émissions, Haïti Infos Plus est disponible aujourd’hui sur la toile.

You might also like

Dernière Heure 0 Comments

Elections : le peuple convoqué dans ses comices

Le peuple haïtien est convoqué dans ses comices. C’est ce qu’a décrété le Président provisoire de la République, Jocelerme Privert, suite à une réunion en conseil des ministres, mardi, au

Dernière Heure 0 Comments

Affaires sociales/Corruption : Roosevelt Bellevue éjecté du gouvernement

Roosevelt Bellevue n’est plus ministre des Affaires sociales du gouvernement Jack Guy Lafontant. Un arrêté, en date du 29 août, publié dans le journal officiel Le Moniteur confirme la nouvelle.

Actualités d’ici et d’ailleurs 0 Comments

Azerbaidjan, Nigeria, Vénézuela… les premiers dominos de la crise pétrolière commencent à tomber et ce n’est pas fini

Au cours de la semaine passée, Azerbaïdjan et Nigeria, deux producteurs de pétrole, ont demandé une aide auprès du FMI. Ceci faisant suite à l’incapacité de ces pays à faire

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply